• Profession de foi

    Tous les albums sont réalisés à titre personnel, privé, et bibliophilique, sans intérêt lucratif ou promotionnel quelconque. Ces albums ne sont pas des "pirates" comme beaucoup ont, trop rapidement, tendance à le dire : il s'agit de "bootlegs" pour reprendre le terme anglo-saxon utilisé surtout dans le domaine musical et qui m'a été soufflé par un internaute fan de Tintin et de musique (pour plus de précisions, voir le nota bene plus bas).

    Je recherche à élargir le cercle de passionnés de BD qui s'engageraient, directement ou indirectement, à soutenir ou à contribuer à mes recherches, ou restauration numérique, de planches ou de BD inédits en album pour d'autres futurs albums privés.

    Profession de foi

     

    Je peux être interrogé au sujet de ces albums par l'intermédiaire de la fiche "Contact" du présent blog. La réimpression d'un album me permet aussi un auto-financement pour d'autres albums ou pour compléter l'achat de magazines comportant des inédits.

    Selon les cas et la rareté, des échanges gratuits de scans ou de fichiers numériques sont envisageables.

    Enfin, je suis preneur de toutes idées sur des éventuels autres albums BD de récits inédits, en version originale, rares, peu connus...

    Toutes les images et les contenus restent la propriété exclusive des auteurs ou leurs ayants droits. Leur présentation ici est une illustration de ce qu'il est possible de faire à titre personnel et accessible à un cercle restreint de passionnés de BD.

     

    Profession de foi

     

     NB : Un bootleg n'est ni un pirate, ni une contrefaçon. La contrefaçon est la fabrication à l'identique, sans autorisation, d'un objet du commerce. Le "pirate" est la copie non autorisée d'un objet officiel de commerce et protégé, avec présentation différente, autrement disponible officiellement.

    Il semble que le "bootleg" soit apparu dans les années 1950 aux USA ou des fans de blues ou de jazz gravaient des compilations de vieux 78tr que les labels se refusaient à (re)sortir. Il connut aussi ses heures de gloire dans les années 1960 et 1970 à partir de la scène musicale rock et pop où des enregistrements de concerts par des particuliers s'échangeaient entre fans.

    Je serais donc un "bootlegger" sur papier, essayant de préserver un patrimoine et cherchant à élargir un réseau de contributeurs passionnés de BD...

    Profession de foi